Recherche sur les cancers : tout s'accélère Reprendre le cours de sa vie

RECHERCHE SUR LES CANCERS : TOUT S'ACCELERE | REPRENDRE LE COURS DE SA VIE

TRANSCRIPT :

COM : Optimiser la prise en charge, c'est aussi favoriser le retour à l'emploi. L'apport des sciences sociales permet de comprendre les difficutés auxquelles sont confrontées les personnes qui ont souffert d'un cancer au moment de reprendre le travail. Patrick Peretti-Watel Chercheur en sociologie SESSTIM - Inserm UMR 912 ORS PACA - Marseille Une des particularités du cancer en fait, c’est que les effets secondaires, et les séquelles des traitements, sont souvent beaucoup plus importants que ceux de la maladie elle-même. Et donc, dans certains cas, les personnes, après leur cancer, ont des effets secondaires durables, qui ne leurs permettent plus de faire leur travail. Par exemple concrètement, une femme qui était coiffeuse, après un cancer du sein, si elle a des douleurs persistantes au bras, et qu’elle n’arrive plus à lever le bras très souvent dans la journée, elle ne peut plus coiffer les gens. Donc, il y a des problèmes effectivement liés directement aux effets secondaires de la maladie. Ensuite, il y a des problèmes qui sont liés aussi aux réactions des employeurs potentiels. Une personne qui a eu un cancer, c’est pas forcément un bon candidat lors d’un entretien d’embauche. À ces difficultés s’ajoute d’autres difficultés, en particulier le fait que souvent, les personnes, après leur cancer, ont vu leurs aspirations professionnelles se modifier. Ca complique aussi les choses, c’est-à-dire que souvent, vous avez des personnes qui, après leur cancer, décident qu’elles ne veulent plus travailler comme avant : elles veulent devenir indépendantes pour avoir plus d’autonomie ; ou au contraire, elles veulent pouvoir passer plus de temps avec leurs familles, et donc, devenir salarié plutôt qu’indépendant. Et donc, très souvent, la période de réinsertion professionnelle, après un cancer, c’est une période de remise en cause de soi, de doutes, d’interrogations sur ce que l’on veut faire de sa vie, et le type de travail que l’on veut faire. Et donc, cela introduit une difficulté supplémentaire dans le retour à l’emploi.