Recherche sur les cancers : tout s'accélère Mieux informer

RECHERCHE SUR LES CANCERS : TOUT S'ACCELERE | MIEUX INFORMER

TRANSCRIPT :

COM : Pour prendre de bonnes habitudes, encore faut-il être sensible aux messages de prévention. Or, malgré de nombreuses campagnes, tous les messages n'atteignent pas leurs cibles. Grâce aux recherches en sciences humaines et sociales, on comprend comment mieux communiquer. Patrick Peretti-Watel Chercheur en sociologie SESSTIM - Inserm UMR 912 ORS PACA - Marseille Les sciences humaines permettent, en particulier, de mieux comprendre quelles sont les motivations, quels sont les besoins, quelles sont les valeurs auxquelles adhèrent tel ou tel type de population. Par exemple, les jeunes, on sait que, aujourd’hui, si on veut faire une prévention du tabagisme efficace à l’adolescence, il ne faut pas forcément cibler dans les messages les conséquences sanitaires de long terme. Mais plutôt cibler des conséquences de court terme, qui sont beaucoup plus en phase avec les préoccupations concrètes, quotidiennes des jeunes. Et donc, c’est pour ça que l’INPES, depuis quelques années, fait des campagnes de prévention du tabagisme, en expliquant aux filles, que fumer, ça altère la peau. Parce que c’est un âge auquel on prête une certaine importance à l’aspect de la peau. Il y a aussi d’autres campagnes dans lesquelles on explique aux jeunes que la cigarette, ça donne une mauvaise haleine, et que, donc, avec une mauvaise haleine, on a pas forcément un pouvoir de séduction très important. Donc évidemment, ce ne sont pas des arguments sanitaires, mais ce sont des arguments qui sont en phase avec ce qu’on sait des préoccupations des personnes à cet âge là. Et si on veut comprendre, dans un domaine spécifique qui est celui de la prévention des conduites à risque, pourquoi est-ce qu’on arrive pas bien à faire une prévention vraiment efficace envers les jeunes, il faut avoir en tête tout ce qu’il y a derrière, en termes de conflits, de tensions entre les générations. Donc voilà, ça, c’est important. Et les sciences humaines le permettent ; de prendre de la distance par rapport à un objet, pour essayer de comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui se passe.