Recherche sur les cancers : tout s'accélère Les cancers sous contrôle

RECHERCHE SUR LES CANCERS : TOUT S'ACCELERE | LES CANCERS SOUS CONTRÔLE

TRANSCRIPT :

Karin Tarte Enseignant - chercheur en immunologie Inserm U917 Université Rennes 1 Les patients atteints de cancer ont énormément bénéficié, ces dernières années, du développement de la recherche en cancérologie académique, et du développement et de l’investissement des industriels dans ce domaine. Les évolutions en cancérologie sont quand même majeures. Et notamment en hématologie, le domaine que je connais le mieux, l’espérance de vie a changé de manière extrêmement significative. Et aujourd’hui, quand on vous dit « vous avez un lymphome » ou « vous avez une leucémie », ce n’est pas du tout signer un arrêt de mort, ce qui était le cas il y a des années. Patrick Mehlen Chercheur en biologie cellulaire CNRS UMR 5286 - Inserm U1052 Centre Léon Bérard - Lyon Moi je prends le pari, que dans dix ans, quand un patient arrivera, on lui séquencera son génome, on connaîtra sa tumeur, et en même temps on aura tout une panoplie de thérapies ciblées, et on pourra dire « on va lui donner ça ». Olivier Delattre Médecin - chercheur en oncologie Inserm U830 Institut Curie - Paris Avec les traitements nouveaux, peut-être pas de façon générale, mais dans un certain nombre de cancers, on sait qu’on va arriver à maintenir le cancer. C’est-à-dire, à le laisser à un stade infraclinique, non gênant ; mais probablement avec des traitements à très long terme. Ce qui se traduit par une certaine forme de chronicisation du cancer. Donc, une personne avec un cancer devra vivre avec, avec un traitement régulier. Un peu, je dirais, comme une personne qui a de l’hypertension artérielle, qui doit prendre un traitement régulier, ou une personne qui a un diabète, ou d’autres maladies chroniques. Florence Cousson-Gélie Enseignant - chercheur en psychologie Laboratoire Epsylon Université Montpellier III De plus en plus de sujets vont vivre encore de nombreuses années avec un cancer présent – voir même, qui présente des métastases – donc il faut apprendre aux patients à faire face à cette maladie, à faire face aux nombreux effets secondaires, et aussi l’image que la maladie a dans notre société. COM : Aujourd'hui, plus d'un patient sur deux guérit. Les recherches pour mettre au point de nouveaux traitements vont permettre dans les années qui viennent de guérir de plus en plus de cancers et d’allonger l’espérance de vie de nombreux patients.